Archives de catégorie : Matériels pédagogiques

Un nouveau livre au sujet des bébés en stock dans 115 librairies !

Cliquez sur le lien pour aller chercher ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous !

La LSFBB c’est du bonheur pour tous !

Une assistante maternelle qui vient de finir sa formation e-learning sur la langue française des signes pour bébés nous écrit :

Bonjour Murielle, 

Me voilà au bout de ma formation LSFBB avec le dernier cours réalisé hier.
Comme vous avez pu le constater, j’ai pris mon temps pour faire cette formation car j’ai souhaité mettre en pratique au fil des leçons ce que j’apprenais.
Donc afin de que chaque nouvel apprentissage soit bien intégré et assimilé, je me tenais à un maximum de 3 cours par semaine.

Merci pour cette formation très riche et ludique, qui permet à chacun de pouvoir acquérir les bases de la LSF selon ses propres rythmes et affinités.

En effet personnellement c’est en mettant en pratique à travers les phrases proposées que j’ai pu avancer sans difficulté dans mes apprentissages, et les enfants que j’ai en accueil se sont régalés avec les chansons signées qu’ils redemandent régulièrement.

Quel bonheur après à peine 2 mois de mise en pratique de voir G. 7 mois et demi me signer « couche » (à sa façon certes mais le mouvement des mains était bien là) et son visage rayonnant lorsque je suis allée la changer : elle avait été comprise !

L. 16 mois ne parle pas encore, et s’est très vite approprié les signes : encore, gâteau (au hasard ! 😉 ), eau, boire… mais aussi : câlin, musique, écouter.

Je suis stupéfaite de constater avec quelle facilité ils s’approprient la LSF !

En dehors de ces « nouveaux » échanges sans prix, c’est également de voir la satisfaction de mes parents employeurs de me voir utiliser la langue des signes avec leurs enfants qui me conforte dans mon bon choix de vouloir la proposer dans notre quotidien.

Voilà vous l’aurez compris suite à ma formation LSFBB je vais la proposer et l’intégrer dans mes activités/ateliers du quotidien 😉

Nos chansons sont maintenant également toutes signées.

Merci pour ce magnifique cadeau que vous m’avez fait.

Au plaisir

Hélène

Différence entre académique et intellectuel

Lilian Katz a écrit sur la Petite Enfance :

lr

«Les objectifs académiques concernent la maîtrise d’éléments d’information, généralement liés à une pré-alphabétisation des compétences dans les premières années, et pratiqué dans des exercices, des tests, et d’autres types d’activités destinées à préparer les enfants pour les prochains niveaux d’apprentissage. Les éléments appris et pratiqués ont tous une bonne réponse, sont basés sur la mémorisation, l’application de formules et consistent en grande partie à donner à l’enseignant les bonnes réponses que les enfants savent qu’il attend …. Ces brides d’information sont des composantes essentielles de la lecture, de l’écriture et d’autres compétences académiques utiles dans les économies développées modernes, et certainement dans les années scolaires ultérieures de l’enfant. Je suggère que la question ici n’est pas de savoir si les compétences académiques comptent; mais plutôt quand elles importent et quelle proportion du programme d’études méritent-elles, surtout au cours des premières années.

«Les objectifs intellectuels et leurs activités connexes, sont ceux qui portent sur la vie de l’esprit dans son sens le plus large … y compris selon les sensibilités esthétiques et morales. La définition formelle de la notion d’intellectuel met l’accent sur le raisonnement, la formulation d’hypothèses, ce qui pose des questions, la prédiction de réponses aux questions, l’énonciation des résultats produits par l’enquête, le développement et l’analyse des idées et la quête de compréhension et ainsi de suite.

« Un programme approprié pour les jeunes enfants est celui qui met l’accent sur le soutien des dispositions intellectuelles innées des enfants, de leurs inclinations naturelles. Celles-ci comprennent, par exemple, la disposition à donner du sens à leurs propres expériences et environnements. Un programme approprié dans les premières années est donc celui qui comprend l’encouragement et la motivation des enfants à chercher la maîtrise des compétences scolaires de base, par exemple à partir de l’écriture, au service de leurs activités intellectuelles « .

La pédagogie montessori réactive les neurones !

La pédagogie Montessori est très bien adaptée aux besoins de développement du cerveau du bébé. Pourquoi ?

neurones

Grâce à la démarche globale de cette pédagogie : la répétition, la manipulation de matériels et  le déclenchement du questionnement inconscient (entre autres), la neuroplasticité se fait de façon respectueuse et positive. Le bébé est acteur dans ses apprentissages dans un lieu où l’on respecte ses besoins de mouvement du corps et de libre activité -ou non activité-.

Le nombre de connexions neuronales produites par le bébé est plus grand dans un lieu montessorien car les sollicitations sont plus vastes : l’enfant utilise ses sens, son corps, sa propre volonté. La mémoire est enclenchée et la réactivation neuronale permettra de retrouver plus rapidement les traces du vécu du bébé.

 

Des livres sensoriels pour les petits

Qui aurait pu fabriquer les livres les plus sensoriels pour les bébés mise à part une maison d’édition dans le secteur du handicap visuel ?

Allez découvrir les livres tactiles en textile sur cette page :

http://ldqr.org/boutiqueLDQR/article.php?cat=24

toucher

 

La lecture dialogique avec les bébés

Vous trouverez sur la plateforme de formations Montessori online pour le niveau 0 & 1 des informations au sujet du choix des livres pour les enfants. L’offre est en effet telle aujourd’hui que nous pouvons nous permettre de choisir les livres par thèmes, par préférence de l’enfant ou des enfants, selon le graphisme, les couleurs, le support…

Quoiqu’il en soit, il faudra « animer » ce livre pour les bébés et y mettre tout votre coeur et énergie afin de le rendre vivant et plaisant. C’est ce qu’on appelle la lecture dialogique. Une conversation s’installe avec le ou les enfants, et tout le monde se retrouve dans l’aventure décrite dans le livre.

coin biblio2

Et puis cette joie partagée est quotidienne.
Bonne lecture dialogique à chacun, petits et grands.

Comment se passer d’un parc et pourquoi ? (suite et fin)

En quoi l’utilisation d’un parc est-elle une entrave au développement global de l’enfant ?

Telle est la question. Nous l’avons dit hier, nous sommes nombreux à avoir passé du temps dans un parc quand nous étions jeunes, nous sommes nombreux à y avoir mis nos enfants, comme nous l’avaient montré nos parents. Et nous ne pensons pas avoir souffert de cela ni avoir martyrisé nos enfants pour autant.

Je voulais vous mettre quelques photos glanées sur la toile, qui devraient vous faire réfléchir, mais le copyright m’en empêche.

Car la décision doit venir de vous et non pas des autres.

Si vous voulez une éducation respectueuse pour vos enfants, le parc n’est pas l’objet qu’il faut. L’enfant y sera mis comme dans une prison, il en basculera, le fera avancer pour se saisir des objets qui l’intéressent, y trouvera du désordre en permanence, se cognera en voulant avancer, pire, se fera pincer les doigts, comme cela m’est arrivé sur une vieille version pliante en bois !

Le message véhiculé, sera celui du manque de confiance, de temps à prendre soin de lui et de votre  relation, de peurs et de limites.
« Je te pose là, car je n’ai pas le choix, je reviens dans quelques minutes » n’est pas une excuse meilleure que celle d’y mettre le bébé durant des heures.
« Je te pose là, car je veux te protéger des dangers de la maison et de ton grand frère » non plus.
S’agit-il du bébé ou de nous avant tout ?

Le parc est un bon exemple car il permet d’aborder les valeurs d’une éducation : développement moteur, langage et communication, éducation cosmique, émotions, environnement préparé et adapté, sécurité, lien social…

 

 

 

Pourquoi les bébés n’ont-ils pas besoin de jouets ? (suite 1)

Le panier à trésors

Du point de vue du développement, les premières expériences d’un bébé sont sensorielles et passent par la bouche. Dès qu’il peut attraper quelque chose avec sa main, il le porte à la bouche. Il attrape les colliers, les bracelets et boucles d’oreille que nous portons, posons donc notre tasse de thé quand nous portons un bébé !

Entre 4 et 6 mois, un bébé nous montre clairement qu’il veut découvrir en mettant les objets dans sa bouche. Posons-nous la question sur ce que nous pouvons lui donner pour satisfaire sa curiosité.

En dépit des couleurs et designs différents, un hochet en plastique aura le même odorat, la même sensation de toucher qu’un autre en plastique aussi. Alors que le bébé a tant à découvrir tout autour de lui.

Le panier aux trésors peut offrir au bébé un panel magiques d’expériences. Cette idée simple, proposée par Elinor Goldschmied, il y a 30 ans a fait plaisir à tous les bébés qui ont pu l’expérimenter.

panier

Ce panier est rond ou ovale, peu profond et rigide et contient entre 60 et 100 objets de la maison. Ces objets vont de la pomme de pin au coquillage en passant par une petite brosse ou une pochette en cuir. La grande variété de textures, goûts, odeurs ou poids stimulera l’enfant. En tant qu’adultes, notre sens visuel est dominant et nous oublions que le bébé utilise plus de sens que nous. De plus, tous les objets de la maison sont à découvrir pour lui.

Le panier à trésors offre un choix et une variété qui encouragent l’activité indépendante du bébé. De 6 à 9 mois, un bébé qui sait s’asseoir, le panier posé entre ses jambes, restera concentré et aimera découvrir le contenu durant au moins 30 minutes, sans le dérangement d’un adulte.

panier

En fait, les adultes dérangent la concentration du bébé et donc le plaisir. En l’interrompant et en voulant être en intéraction avec lui.

Un bébé nécessite la présence sécuritaire d’un adulte proche pour lui ôter toute anxiété et lui permettre d’explorer à fond les nouveaux objets mais il n’a pas besoin d’un constant monologue dans son entourage. Ce panier est tellement intéressant, qu’il faudra l’offrir au bébé lorsqu’il sera détendu durant un temps limité.

Pendant sa première année, deux faits majeurs apparaissent chez le bébé : la mobilité et la volonté à découvrir comment sont faits les objets (prises en main, mises en bouche)….

A suivre….

 

Mouvements libres et Libres mouvements

Un point essentiel dans l’accompagnement respectueux de l’enfant, sur lequel Maria Montessori et Emmi Pikler étaient sensibles et en accord, concerne celui du mouvement.

Maria parlait de mouvements libres, Emmi parlait de libres mouvements. Dans la langue française la position de l’adjectif, dans certains cas, est variable suivant l’emphase que l’on souhaite mettre aux mots. Nous pouvons placer l’adjectif avant ou après le nom qu’il qualifie.

En dehors de ce point grammatical, je sais combien le mouvement, est l’élément caractéristique de l’animal est de l’homme.

Comment allons-nous préparer l’environnement et l’ambiance (voir dans le livre « Montessori pour les bébés » la différence entre ces 2 termes.) ? Et les faire évoluer ?
Comment allons-nous accompagner le bébé au quotidien ?
Quel impact, cela a-t-il sur le bébé ? Sur l’enfant plus âgé ?

 

Je laisse le soin à chacun de se poser et de répondre à ces questions. Car au-delà de l’apparence, ne s’agit-il pas d’une question de fond sur la liberté dans l’Education ?