Croire au packaging du jouet ?

Une fois n’est pas coutume, je partage aujourd’hui cet excellent article en anglais sur les jouets.

Désolée pour les non anglophones, aujourd’hui, c’est la journée des anglophones !

http://www.npr.org/sections/ed/2016/01/11/462264537/the-trouble-with-talking-toys

jeu-de-construction

« Just because a toy’s packaging says it’s educational doesn’t make it so. That’s the finding from a new study in JAMA Pediatrics that found some toys being marketed as language promoters got in the way of learning. »

Research led by Anna Sosa of Northern Arizona University gave parents of 10-16 month-olds books, electronic toys or traditional toys and then recorded the interactions the parents and children had. This research shows that for language development nothing is better than hearing spoken words — lots of them. And it’s never too early for parents and caregivers to start talking.

« When there’s something else that’s doing some talking, the parents seem to be sitting on the sidelines and letting the toy talk for them and respond for them, » Sosa says. « That’s bad because the best way a toy can promote language in infants and toddlers is by stimulating interaction between parent and child. There’s simply no evidence that a young child can learn language directly from a toy. It isn’t responsive enough. It isn’t social. »

« As for the other toys, traditional blocks and puzzles stimulated more conversation than the electronic toys, and books outscored them all. But don’t underestimate the humble block. While traditional toys fell short of books in interaction quantity, Sosa notes, they kept pace in terms of quality. »

 

 

 

Mozart, enfant prodige

mozart

Selon les informations trouvées sur le site https://www.wa-mozart.net/enfance.htm, Wolfgang survit et passe le cap, difficile à l’époque, des premières années de vie. Ses parents sont musiciens professionnels et pédagogues. Il est doué pour la musique, il interprète et  compose même. Ses parents lui font faire le tour des capitales Européennes pendant sept années pour jouer devant des cours royales. Il rencontre des musiciens, crée des liens, et tout ceci dès son plus jeune âge.

A notre époque, peut-on encore rencontrer des enfants prodiges ? Y-a-t-il des Wolfgang dans d’autres domaines que celui de la musique ? Wolfgang aurait-il été prodige si ses parents n’avaient pas été musiciens aussi ? Etait-ce héréditaire, puisque sa soeur aînée semblait elle aussi une enfant prodige ? Quel était l’environnement sensoriel, affectif et linguistique de Wolfgang ?

Toujours l’interminable question sur l’inné et l’acquis, sur l’ambiance et l’expérience…

 

La LSFBB depuis la Norvège

Noémie est française et vit en Norvège; elle suit les cours de LSFBB (Langue des signes française pour les bébés). Elle est éducatrice montessori dans une petite école bilingue et également la maman de bientôt deux enfants.

« Je trouve ce cours tres bien fait !!
Pour avoir suivi le même en norvégien et en « live », je trouve le votre mieux adapté au niveau du choix des mots, du nombre de mots à retenir par séance et de l’explication avec l’éthymologie qui aide à comprendre et de ce fait à mieux retenir! »

bb je vous fais signe - logo terminé

Les programmes bénéfiques aux bébés

Nous nous appuyons fortement sur les programmes basés sur la pédagogie Montessori. c’est-à-dire sur le respect des périodes sensibles chez le bébé. Quelles sont-elles ?

Entre 0 et 3 ans, l’enfant passe du stade de nouveau-né à celui d’un petit être qui affirme ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas. En trois années, il explore le monde dans lequel il doit évoluer. Avec son corps et ses sens, il trace son chemin personnel et grandit dans toutes ses dimensions.

Les programmes bénéfiques pour le développement moteur du bébé sont finalement encore peu nombreux. Il faut une grande salle, du matériel de psychomotricité et puis surtout du temps laissé à chaque bébé pour explorer. Les salles sont souvent trop petites, sur-équipées de matériels en plastique encombrants, inutiles ou inadaptés (baby relax). Albert Coeman et Emmi Pikler sont d’excellentes sources d’inspiration sur ce sujet.

Les programmes bénéfiques pour le développement de son intelligence sont encore à inventer. Quelques tentatives sont en cours mais nous n’avons pas encore admis que l’ambiance et l’environnement nourrissent l’intelligence du bébé.
Le programme de langue française des signes pour bébés (LSFBB) lui donnera une langue supplémentaire précoce. Le bébé naît naturellement bilingue, qu’on se le dise !

Il faut veiller également à mettre le bébé au contact de la Nature; la grande, la vraie.
Prévoyons-nous cela dans les nouvelles structures ? (Pas dans la nouvelle mini-crèche de mon village, au rez-de-chaussée d’un immeuble au raz du parking !).

 

Soyons vigilants sur toutes les atteintes quotidiennes à l’intelligence du bébé !

Les programmes bénéfiques pour le développement de son être social sont nombreux mais peu adaptés aux besoins. Il s’avère que les structures étatisées sont souvent sous pression : de plus en plus d’enfants pour atteindre un taux d’occupation supérieur à 100%, de moins en moins de moyens (humains et pédagogiques). Nos stagiaires et notre réseau d’échange professionnel nous rapporte qu’on « entasse les bébés et les adultes dans des structures où les professionnels sont de moins en moins qualifiés et aussi de moins en moins heureux de faire leur travail, le management n’est pas qualifié, les décisions sont étatiques… Je ne sais pas comment l’enveloppe sociale du bébé va se développer dans ce contexte ? Alors redoublons de vigilance. Les choix de vie, de qualité de vie, de lieu de vie s’imposent à nous adultes, pour que les enfants puissent se sentir bien.

 

 

Les cinq sens, dans quel sens ?

Quel est l’ordre d’apparition des sens chez le foetus ?

5-sens

Tableau du peintre Hans Makart

Cette photo de l’oeuvre picturale de M. Makart nous présente dans l’ordre : le toucher, l’ouïe, la vue, l’odorat, le goût selon une muse. Mais les sens s’éveillent-ils dans l’enfant dans cet ordre ?

Le toucher est un sens vraiment spécial car on le décline en plusieurs sensations. Maria Montessori l’avait très vite « ressenti » en citant le sens stéréognostique complémentaire de celui du toucher. (cf formation niveau 1)

Pour savoir quelles sensations le foetus ressent-il, il faut connaître l’ordre de formation des canaux récepteurs des sensations. La peau de bébé est le tout premier organe récepteur et donc il réagit s’il ressent une sensation sur sa ou contre sa peau.
Ensuite, si on en croit ce que disent certains spécialistes, ce serait le sens de l’odorat qui est mis en place dans l’ordre du développement des sens, mais comme l’indique la dernière colonne du tableau ci-dessous, les organes récepteurs ne parviennent pas à maturité tous à la même vitesse.

sens

 

 

 

Tout se joue avant….

Tout se joue avant la naissance.
Tout se joue pendant la naissance.
Tout se joue avant 3 ans.
Tout se joue avant 6 ans.

tatami

Combien de titres de livres ou d’en-têtes d’articles avons-nous lus, libellés ainsi ? Comme si toute la vie d’un individu pouvait être résumée en un événement si grave ou grand soit-il ? Si on en croit les informations sur les capacités extraordinaires de l’être humain (langage, mémoire, empathie, amour…) nous ne pouvons croire à ce genre de raccourci qui enferme le potentiel humain, le réduit et ne lui fait pas confiance dans sa belle capacité à transformer le monde selon une vision humaine et humaniste plus grande.

 

Le bébé est incroyable

Le bébé est un individu, une personne unique, un incroyable être humain.

En moins de 2 ans, il gravit les marches dans tous les sens du terme pour accéder au rang d’être à part entière.

bain

Hier j’ai vu un tout petit nouveau-né recroquevillé dans le porte-bébé de sa maman, une belle image du bonheur et de la capacité qu’il a déjà en dépit de sa petite taille. Il émane déjà tant d’énergie que beaucoup de regards se tournent spontanément dans sa direction.

Voici ce que la vue du bébé inspirait à Maria Montessori : « Près de l’enfant la méfiance s’évanouit; nous devenons doux parce que, réunis autour de lui, nous sentons se réchauffer en nous la flamme de vie qui subsiste là où la vie a ses origines. »

 

Qu’est-ce que la Neuroéducation ?

L’émergence de l’imagerie médicale accompagne les recherches sur le fonctionnement du cerveau en situation d’apprentissage ou sur l’évolution du cerveau tout au long de la vie de l’humain.

Le terme neuroéducation est récent, est bien que sa définition semble simple, ne nous méprenons pas sur la signification. Comme dans tous les domaines, les chercheurs ne sont pas d’accord entre eux.

cerveau

Les données scientifiques peuvent aider à comprendre comment le cerveau fonctionne et s’adapte, nous dit-on. On essaie d’ailleurs de l’expliquer depuis des décennies, avec des « vérités » balayées les unes après les autres : les personnes « cerveau droit » ou les personnes « cerveau gauche » n’existent plus désormais, la plasticité du cerveau explique tout,  les gauchers sont des tarés (cf un article de Sciences et Vie), la théorie des intelligences multiples révolutionne les apprentissages

C’est l’époque des Neuromythes créés par les scientifiques et les journalistes eux-mêmes.

Quid de l’apport des neurosciences en Education ?
Pensez-vous que la neuroéducation va aider votre enfant en difficulté d’apprentissage de la lecture, de l’orthographe ? On aimerait tant….

Or les actions basiques ne sont pas appliqués, nous le savons bien, nous qui sommes sur le terrain, proches des enfants.
– Changer les polices de caractères utilisées autour de nous par exemple réduirait bon nombre de soucis d’apprentissage de la lecture.
– Adapter l’environnement aux besoins des bébés pour leur permettre de ramper en toute sécurité pour aller vers la position verticale, peu à peu, selon lors propre schéma de développement.

La Neuroéducation est une nouvelle science bien plus fondamentale qu’appliquée.

Un livre sur des pédagogues

Notre amie Bernadette Moussy vient de publier un ouvrage intitulé  » Les pédagogues dans l’histoire ».

livre BM

Même si la pluralité des pédagogies n’est pas aussi large qu’on pourrait le penser (avons-nous tous la même définition du pédagogue et de sa pédagogie ?), il est bon de se documenter sur ce que des individus ont écrit sur le sujet et d’explorer ce qu’ils ont expérimenté encore plus. C’est ce que Bernadette nous propose.

Elle documente à sa façon, avec sa sensibilité personnelle et son éclairage de professionnelle dans le monde de la Petite Enfance,  des hommes et des femmes qui ont eux aussi approché le sujet de l’Education et de la Pédagogie.
On découvrira  dans  cet ouvrage – ou revisitera – certains pédagogues, européens dans la majorité, dont certains moins connus que dautres.

J’ai particulièrement apprécié le chapitre sur l’Education des enfants handicapés, car on ne dira jamais assez combien des médecins français ont tenté d’apporter un regard et un soin nouveau aux enfants handicapés. Le quotidien de certains de ces enfants et de leurs éducateurs en est parfois encore imprégné actuellement.