Archives de catégorie : Environnement

Tempêtes tropicales et ouragans en Atlantique nord

Nos amis des Antilles et du Sud des USA vivent actuellement des moments difficiles, dûs aux conditions climatiques. Même si les habitants de ces régions connaissent les risques et dangers des saisons estivales, ils ne sont pas pour autant inconscients et ceux qui le peuvent décident de s’éloigner de la zone à risque. Ce sont des enfants, des familles qui ont pris le route ou un avion, et sont momentanément hébergés par d’autres hôtes. Certains ne peuvent partir : femmes enceintes, personnes âgées, personnes malades ou esseulées.

Nous sommes de tout coeur solidaires dans ces moments difficiles à vivre et souhaitons que Irma meurt à tout jamais et ne laisse pas de traces trop profondes dans les esprits des uns et des autres.

Montessori et Pikler en Australie et ailleurs…

Bonjour Murielle,
Je suis en train de lire avec plaisir votre livre « Montessori pour mon bébé ».
J’ai une fille de 8 ans qui a grandi presque 6 ans en Australie. Elle est allée en petite école Montessori et nous nous sommes beaucoup inspirés d’un excellent livre d’Emmi Pikler lorsqu’elle était bébé. Nous en étions enchantés. Aussi cela me fait très plaisir de retrouver tout cela dans votre livre !
Sabine 

Modèle conventionel ou pas

La pédagogie Montessori, la démarche Pikler, la méthode OML sont dites non conventionnelles dans le sens où est proposée une façon de penser et de se comporter entre humains différente de celle communément admise :

  • l’adulte n’est pas au centre de la relation, ni des décisions d’action
  • l’environnement de vie est pensé et aménagé avec des critères précis

Cependant, entendons-nous sur le fait que la pédagogie Montessori, comme l’approche Pikler et la méthode OML sont et resteront des propositions structurées à l’enfant, en besoin de répères, d’écoute et d’observation de qualité pour se construire et devenir un adulte fort, serein, autonome et le bâtisseur du monde de demain.

Ceinture de grossesse anti ondes, votre avis nous intéresse !

Comme l’écrivent certains journalistes, des commerçants se ruent sur de nouvelles niches de produits pour les familles.
Aujourd’hui, j’aimerais en savoir plus sur les ceintures de grossesse anti ondes. Après différentes recherches sur le net, si j’en crois des commentaires d’utilisatrices, certaines ceintures échouent aux tests rapides effectuées par elles-mêmes : on pose son téléphone sous la ceinture et on demande à quelqu’un d’appeler le mobile. Soit il ne sonne pas , soit il sonne et là on n’est pas content de son achat (qu’on ne peut se faire rembourser pour autant).

J’ai remarqué également que les produits proposés sur amazon ne présentaient pas la composition de la ceinture. Le fournisseur reste évasif sur celle-ci : coton….

Avez-vous un conseil et avis de produit à partager sur le sujet ? Merci par avance, soyons solidaires sur des sujets graves comme celui-ci.

 

article recommandé sur le sujet : http://www.liberation.fr/societe/2013/06/20/la-protection-contre-les-ondes-nouvel-argument-marketing_912101

Les bébés sont plus surveillés mais plus exposés

Les bébés sont sous haute surveillance durant leur sommeil, la crainte de la Mort Subite du Nourrisson (MSN) guette à chaque sieste et nous fait nous équiper !

Si on en croit quelques informateurs (c’est la sempiternelle question ; qui croire ? sur un sujet qui n’est pas le nôtre ?)  comme http://www.robindestoits.org/Danger-du-babyphone-les-scientifiques-tirent-la-sonnette-d-alarme–JT-France-2-08-11-2013_a2100.html, il vaut mieux éloigner les bébés des équipements le plus possible.

Alors que faire ? Et bien comme dans toute chose, ne pas être jusqu’au boutiste ou radical et utiliser, quand c’est indispensable, le babyphone sans le systématiser durant les trois premières années de bébé.
Choisir aussi en se documentant : les appareils à basse fréquence semblent meilleurs pour la santé.

 

 

 

Nouveau livre Montessori pour les bébés, chez le libraire (et amazon)

J’avais acheté il y a quelques années, sur amazon votre première version du livre Montessori pour les bébés. Même si son prix était élevé, je n’avais pas été déçue par le contenu. Aujourd’hui je découvre dans la galerie culturelle de mon supermarché, la toute nouvelle version avec un format et des couleurs de mise en page toutes belles, je l’ai achetée immédiatement pour l’offrir à une amie. Merci de votre constance et vive les bébés !

Amandine

Réparer les blessures émotionnelles

Tous les enfants, même les plus chanceux, subissent des blessures émotionnelles. À la maison, à l’école, dans les parcs, tous les enfants éprouvent la déception, la frustration et l’échec, la critique et la désapprobation, l’exclusion. Dans chaque famille, il y aura les moments de colère et de disputes.

Si leur développement est sain, les enfants se remettent de ces moments. Seuls ou avec notre aide, la plupart des enfants rebondissent. Des blessures émotionnelles sont, à bien des égards, analogues aux dommages corporels. Comme nos cellules réparent en permanence les dommages corporels, les blessures émotionnelles doivent aussi être guéries. Sans cette guérison, le processus nuisible s’étendra.

En tant que parent notre rôle minimum est d’avoir une reconnaissance simple de la déception ou frustration de notre enfant.

Les enfants tirent des leçons inestimables des moments de la réparation, post traumatiques aux émotions. Ils apprennent que, bien que ce ne soit pas toujours facile, l’anxiété, la tristesse et la colère sont des moments qui peuvent être réparés.

Attention, se focaliser sur les émotions de l’enfant ne suffit pas à éduquer. C’est un être global et on ne peut réparer les émotions si les autres enveloppes (voir la définition dans le livre la pédagogie montessori illustrée) de l’enfant ne vont pas bien.

Le manque d’amour mène à la maladie

From ExchangeEveryDay :

« Having had a difficult relationship with one’s parents is a greater risk factor for adult disease than smoking, obesity, and high blood pressure combined. » This dramatic claim was made by John Robbins in his best-selling book, Healthy at 100 (New York: Ballantine Books, 2007). To illustrate his point Robbins describes a study launched in the 1950s by Harvard University in which 125 randomly selected undergraduate students were quizzed about their relationships with their parents. 

« The students were asked, ‘What kind of person is your mother?’ and ‘What kind of person is your father?’ The researchers simply counted the number of positive and negative words the students wrote down in describing their parents…And it was immensely powerful. Fully 95 percent of the students who had used few positive words to describe their parents developed serious diseases in mid-life, whereas only 29 percent of those who had used many positive words developed comparable diseases. »

Robbins concludes by quoting surgeon Bernie Siegel who observed, « The greatest disease of mankind is lack of love for children. »